Rencontre intime

Laurence

Yo

Tu veux en connaître davantage sur Daphné? Lis cette partie d'entrevue qu'elle a donnée à une journaliste.

À suivre chaque mois...
 

Quel est le moment de la journée que tu préfères? Pourquoi?

Le matin. Parce que la journée est neuve et que personne ne s’en est encore servi. Ça me donne l’impression qu’elle est à moi, que je peux en faire ce que je veux. Presque tous les matins sont beaux, d’ailleurs. Ensuite, ce n’est plus pareil. Il y a du bruit, de la poussière, de la pollution. Et puis, on se rend compte qu’on n’a pas fait tout ce qu’on aurait aimé faire. En plus, le soir, ça lit moins bien, je suis fatiguée.

Quel est le genre d’adultes que tu préfères? Que tu détestes?

C’est une drôle de question. Pour moi, il n’y a pas de différence entre des enfants et des adultes. Je veux dire que si quelqu’un a des qualités, qu’il soit jeune ou vieux ne change rien à l’affaire. Quelqu’un de bête jeune sera encore bête une fois adulte. Il y a des choses qui ne changent pas. Vous auriez dû me demander ce que je préfère chez les gens.

J’aime les gens qui ne savent pas se reposer, qui se posent tout le temps des questions, qui ne sont jamais contents d’eux-mêmes. Moi tout crachée, en somme.

******************************

Daphné, tout le monde affirme que tu es une intellectuelle. Mais tu sais ce qu’on dit : un esprit sain dans un corps sain… Pratiques-tu certains sports?

D’abord, je ne suis pas du tout d’accord avec le dicton : un corps sain ne va pas forcément avec un esprit sain. Si c’était le cas, tous les grands sportifs seraient sains d’esprit, ce qui n’est pas le cas. En ce qui concerne les sports, je n’aime pas transpirer en groupe, ce qui fait que je n’aime que les sports qui se pratiquent en solitaire : la marche rapide, le vélo et les discussions animées avec moi-même.

Tu es une grande lectrice, aucun doute là-dessus! Aimerais-tu toi-même devenir auteure un jour? Est-ce un métier qui t’intéresse?

Je n’ai pas assez vécu et je ne suis pas une enfant prodige. Reposez-moi la question dans vingt-sept ans, d’accord ?

Plusieurs lecteurs s’interrogent à propos d’Hector, ce sympathique concierge, qui est ton grand ami. Peux-tu nous raconter comment votre amitié est née?

Dès qu’on voit Hector, on l’aime. Il est irrésistible. Comment ne pas aimer un colosse qui porte une queue de cheval et un cœur rose tatoué sur le bras ? Un jour, on a sorti les poubelles ensemble, lui celles de son immeuble, moi celles de chez moi. Ce n’est pas très romantique, je sais, mais on a tout de suite sympathisé. Une amitié capable de naître au-dessus des détritus, croyez-moi, c’est pour la vie.

*************************

Quel est le moment de la journée que tu préfères? Pourquoi?

Le matin. Parce que la journée est neuve et que personne ne s’en est encore servi. Ça me donne l’impression qu’elle est à moi, que je peux en faire ce que je veux. Presque tous les matins sont beaux, d’ailleurs. Ensuite, ce n’est plus pareil. Il y a du bruit, de la poussière, de la pollution. Et puis, on se rend compte qu’on n’a pas fait tout ce qu’on aurait aimé faire. En plus, le soir, ça lit moins bien, je suis fatiguée.

Quel est le genre d’adultes que tu préfères? Que tu détestes?

C’est une drôle de question. Pour moi, il n’y a pas de différence entre des enfants et des adultes. Je veux dire que si quelqu’un a des qualités, qu’il soit jeune ou vieux ne change rien à l’affaire. Quelqu’un de bête jeune sera encore bête une fois adulte. Il y a des choses qui ne changent pas. Vous auriez dû me demander ce que je préfère chez les gens. J’aime les gens qui ne savent pas se reposer, qui se posent tout le temps des questions, qui ne sont jamais contents d’eux-mêmes. Moi tout crachée, en somme.

*************************
 

Que penses-tu des garçons de ta classe?

D: Je ne pense pas la même chose de tous les garçons de ma classe. J'ai horreur des généralités. Thomas, René, Blaise et Francis sont très bien, même si Francis divague les trois quarts du temps. Quant à Benoît, c'est un paresseux. Je trouve d'ailleurs que, de façon générale, les garçons sont plus paresseux que les filles, mais ça ne fait rien, il faut absolument qu'il y ait des garçons, parce que les garçons sont des créatures utiles et distrayantes. Je n'aimerais pas du tout qu'il n'y ait qu'un seul sexe sur la Terre. Surtout quand je pense à ma soeur Désirée! Dans ces moments-là, je bénis le Ciel d'avoir inventé les garçons. Essayez un instant d'imaginer un monde uniquement peuplé de Désirée. Je l'aime bien, ma soeur, mais je pense que quelqu'un qui peut passer trois-quarts d'heure de sa vie à vous parler sans rire de sa coupe de cheveux ou de son dernier bâton de rouge à lèvres n'est pas quelqu'un de fiable. Je ne sais pas pour vous, mais moi, aucun garçon ne m'a JAMAIS parlé de rouge à lèvres.

Non, décidément, je pense que les garçons sont essentiels à la vie sur Terre. À la survie aussi. Quand je dis ça, je ne pense pas seulement à la reproduction. Je pense à toutes ces choses que l'on peut faire avec les garçons et pas avec les filles : marcher vite, manger deux pizzas de suite, faire des concours de poignet, se faire tomber dans la neige sans se casser, passer sa main sur une joue qui pique, s'appuyer... (Courte pause, sourire) Et puis, entre vous et moi, un gars, c'est bien plus beau qu'une fille!

 Et les filles?

D: (Soupir) Tout dépend des filles. Si on parle des filles vraiment filles comme ma soeur Désirée, eh bien... (long silence)... je n'en pense rien de particulier, sauf qu'elles doivent trouver le temps long. Mais je n'ai rien contre. Tout le monde a le droit de vivre. Et puis il faut de la diversité. Mais je préfère les filles normales, c'est-à-dire les filles qui oublient quelquefois qu'elles sont des filles, comprenez-vous? Les filles qui courent vite, qui mangent, qui mettent trois jours de suite le même jean, qui se fichent de leur apparence, qui boivent du lait à même le carton, qui sont mal coiffées...

J'aime aussi les filles pour d'autres raisons : les filles ont moins envie que les garçons de se battre, de se mesurer, de se montrer meilleures que vous. Elles ne veulent pas toujours avoir le dessus. Les filles, elles pensent que tout ça, ce n'est rien, que ce n'est pas important. Les filles, elles savent mieux ce qui est important dans la vie.

à suivre...


Suivez-nous sur   Facebook   Twitter